Nous aimerions vous partager la lettre d’une mamie de 82 ans qui se préparait à rentrer dans une maison de retraite.

La joie est une chose que l’on décide à l’avance. Que j’aime ou non la chambre ne dépend ni des meubles, ni des décorations, mais de la façon dont j’organise ma propre pensée. J’ai déjà décidé que je l’aimais.

Le bonheur est une décision que je prends chaque matin. J’ai le choix. Je peux passer la journée au lit à me plaindre des parties de mon corps qui ne fonctionnent plus, ou me lever et profiter de celles qui fonctionnent toujours.

Chaque jour sera un cadeau aussi longtemps que je pourrai respirer. Je me concentrerai sur ce que je pourrai accomplir pendant ce nouveau jour, malgré l’usure du temps et je me réjouirai de tous les événements positifs que j’ai accumulés tout au long de ma vie, de façon à pouvoir profiter de ces souvenirs à ce moment-la de ma vie.

La vieillesse est comme un compte en banque. On y retire ce qu’on y a accumulé pendant sa vie. C’est pourquoi il faut y accumuler le maximum de petits bonheurs, éviter d’y verser chagrins et peurs, vivre simplement, donner plus, attendre moins.