Citoyenne Ockrent, je ne vous aime pas.

C'est dit. À chacun son eczéma.

Pour le petit écran vous avez, semble-t-il,

de l'emploi le profil :

un quotient intellectuel mercantile,

des diplômes à la pile;

sans doute, pour le monde des médias

représentez-vous le nec plus ultra.

Avec l'aplomb de la femme-cerveau,

un regard d'acier sous votre front haut,

vous vous rengorgez sous les rappels,

si bien orchestrés, de votre clientèle.

citoyenne, vous me glacez

par votre intelligence empesée,

pourtant, mes amies vous le diront,

peu de femmes m'inspirent pareille réflexion.

Sans réclamer de vous de trop grandes effusions,

citoyenne Ockrent, ne faites pas fi de l'émotion !

Vous êtes femme d'abord, Madame.

Que votre sensibilité en témoigne…

 

D'ici votre sourire, un air plus débonnaire,

une douceur printanière,

et peu importe que vous soyez légendaire,

Lepère et Sinclair, je vous préfère.

 

Viviane Michel