Van Gogh dans ta nuit outremer

peuplée de soleils affolants,

du jaune à l'orange, tourbillons de l'enfer,

tu tournoies, halluciné et flamboyant.

 

Au Borinage tu céderas au malheur,

à Millet et aux sépias,

sur un ton sombre à la Zola,

vagabond et prédicateur.

 

Au restaurant de la Sirène,

à la table de Pissarro,

tu goûtes avec aubaine

à la palette chaude du renouveau.

 

En Arles où tu rencontres Gauguin

parmi l'orangé des Alyscamps,

tu rêves de mas lointains,

de moissons superbes, de cyprès menaçants?

 

Et si la terre se soulève comme la mer,

la Maison jaune abrite ta solitude,

homme au crâne rasé, dans un repos imaginaire :

de la chaise au lit, la tristesse en prélude.

 

Une Arlésienne de 12 ans, le soir,

au café de l'Alcazar,

un coin de ciel étoilé,

Van Gogh l'encanaillé.

 

De ton regard fou

tu distribues des fleurs-flammes

avec le soleil pour atout

dans un jeu où tu brûles ton âme.

 

Les chaumes pour te retrouver

parmi les courbes et les volutes,

l'Église d'auvers secouée

par un génie hirsute…

 

Vincent 1890, une balle de révolver

parmi les saules mystiques.

Malgré Théo, fidèle et pathétique,

tu fuis la simplicité de l'Univers.

Vivianne Michel

INSCRIVEZ-VOUS À L'ATELIER D'ÉCRITURE À DISTANCE ET RECEVEZ 20 EXEMPLAIRES DE VOTRE LIVRE !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives